Accueil Recherche Publications Vulgarisation Enseignement

Pascal Hémon

Ingénieur de recherche du CNRS - LadHyX, Ecole polytechnique & CNRS   F-91128 PALAISEAU
Bureau +33 (0)1 69 33 52 76 - pascal.hemon (arobas) ladhyx.polytechnique.fr

FR   EN

Accueil

Aéroélasticité en ingénierie du vent : simulation temporelle des effets du vent


Les effets du vent et plus particulièrement celui des rafales de vent sur des structures sont calculés généralement dans le domaine spectral. Cette technique présente des inconvénients pour coupler différents phénomènes et certains effets spécifiques comme la croissance transitoire de l’énergie (article) ne peuvent pas être pris en compte. Je m’intéresse aux techniques de simulation dans le domaine temporel des ces effets du vent (article).


Dans le cadre de la thèse d’A. Théodore (PDF) en collaboration avec le CTOA/CEREMA, nous avons étudié les effets du vent sur les structures souples allongées telles que les tabliers de grands ponts. Le phénomène de flottement en torsion à l’origine de la chute du pont de Tacoma, ci-contre, a été particulièrement étudié. Le couplage entre ces effets aéroélastiques et la turbulence atmosphérique a été introduit numériquement et validé par des essais de soufflerie (papier).



Pour les verrières de la Fondation Louis VUITTON, le chargement aérodynamique instationnaire sous forme de pressions locales représente un flot de données important qui augmente le temps de calcul. Une technique de compression des données spatio-temporelles comme la décomposition bi-orthogonale, la BOD (article), s’avère alors tout à fait appropriée et efficace (article, et voir également une interview vidéo sur ce sujet).